Rubriques Menu

L’actualité de l’eau potable

L’eau du robinet est-elle consommable ? Comment l’eau du robinet est-elle contrôlée ? Y-a-t-il une surveillance particulière ? Voici quelques réponses aux questions que vous pourriez vous poser que la qualité de l’eau du robinet en cette période de Coronavirus...

L’eau du robinet est-elle consommable ?

Oui, le coronavirus ne se transmet pas par l’eau du robinet. L’eau du robinet est potable, elle peut être bue en toute confiance.

Les process habituels de désinfection de l’eau (UV, ozone ou chlore) mis en œuvre dans les usines d’eau potable éliminent tous les virus dont le coronavirus.

Comment l’eau du robinet est-elle contrôlée ?

L’eau est l’un des aliments les plus contrôlés avec 54 paramètres fixés par un arrêté du 11 janvier 2007. Ces paramètres définissent la qualité de l’eau du robinet. Ce suivi sanitaire permanent à travers des contrôles exigeants à tous les stades du circuit de potabilisation, garantit la sécurité sanitaire.

A noter également que le virus SARS-CoV-2 (Coronavirus) est moins résistant que la bactérie Eschérichia Coli (E.Coli) ? L’absence d’E.Coli dans les résultats d’analyses garantit l’absence du virus SARS-CoV-2.

Y-a-t-il une surveillance particulière ?

Pendant la période épidémique, les autorités sanitaires ont rappelé l’importance de maintenir à tout instant une concentration résiduelle de chlore en tout point du réseau de distribution.

Dans la majorité des secteurs de votre commune, les dosages en chlore restent identiques à la normale.

Le confinement a-t-il un impact sur l’utilisation de l’eau ?

En raison du confinement, la consommation d’eau a diminué dans certains secteurs, entraînant un temps de séjour de l’eau plus long dans les canalisations. Cela concerne en particulier certaines zones urbaines denses, où l’activité industrielle et commerciale est très ralentie.

Dans ce contexte, nous pouvons être amenés à augmenter très légèrement la teneur en chlore (quelques dixièmes de mg/l) pour maintenir un résiduel en tout du point du réseau.

Le virus est-il présent dans les eaux usées ?

L’eau usée n’étant pas potable, la présence de bactéries ou virus ne peut pas être exclue. La détection de l’ARN (acide nucléique) du virus dans les selles de malades COVID-19 a été rapportée dans plusieurs études mais cela ne signifie pas que le virus est vivant.

À ce jour, il n’y a pas d’étude disponible qui rapporte la présence de SARS-CoV-2 infectieux dans des échantillons d’eaux usées.

Quelle filière de valorisation pour les boues de station ?

L’ANSES (Agence Nationale de SEcurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a confirmé dans son avis publié le 17 avril dernier que les boues de station d’épuration valorisées en compost normé (NF U44-095) répondent au besoin d’hygiénisation nécessaire pour assurer leur épandage pendant la période de crise COVID-19.

Le séchage thermique des boues est également un procédé hygiénisant.

Y-a-t-il des études en cours ?

Le CIRSEE, le centre de recherche international de SUEZ basé dans les Yvelines, a démarré dès la fin du mois de mars un projet de recherche, en collaboration avec le Laboratoire de Chimie Physique et Microbiologie pour les matériaux et l’Environnement (LCPME), UMR 7564 CNRS-Université de Lorraine, visant à mieux connaitre le comportement du SASR-COV-2 dans les systèmes d’assainissement.

Une technique de biologie moléculaire pour la quantification du virus dans les eaux usées et les boues de stations d’épuration est d’ores et déjà en cours de mise en place, et un plan d’échantillonnage de 8 grandes stations d’épuration situées dans des régions françaises diversement touchés par l’épidémie COVID-19 a été enclenché. Afin d’étudier la viabilité du virus dans ces milieux, le LCPME mettra également en place, au sein de son laboratoire de sécurité de niveau 3, une méthode de quantification par culture cellulaire.

Les objectifs :

Ce projet permettra de répondre aux questions soulevées par la communauté scientifique sur la potentielle contamination des eaux usées et des boues d’épuration par le SARS-CoV-2. Il fournira également des données quantitatives permettant de faire un lien avec les données épidémiologiques, afin de déterminer si une quantification du virus dans les eaux usées peut servir d’indicateur de la fin de l’épidémie actuelle, ou d’une ré-émergence de cette épidémie.

PDF - 380.2 ko
Synthèse d’informations eau et assainissement Covid 19

  S’investir à Opio

Vous souhaitez vous investir dans les projets de la commune ? Vous voulez rencontrer d’autres Opidiennes et Opidiens ? Vous avez un peu de temps ? Alors n’hésitez plus :

  • Venez participer à l’une des 63 actions de l’Agenda 21 de la commune. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Vous trouverez la liste des projets en cours et les dates des prochaines réunions ici.
  • Adhérez aux associations de la commune !

  Galeries

  Restez informés

Vous souhaitez être informés directement de l’actualité de la commune d’Opio ?

 Inscrivez vous à la newsletter d’Opio